La première aventure de Jean Marc Gyphjolik

Récit de Gyphjolik

Mon aventure commence en 1993 date à laquelle je suis né. La légende raconte que je suis sorti du ventre de ma mère avec un sac a dos et des crampons. Malheureusement, mes parents n’ont pas eu la chance de me connaître suffisamment longtemps pour me transmettre l’information. A l’age de 3 ans, ils firent une chute dans la montagne lors d’une randonnée, me laissant seul dans la nature.
J’ai alors juré ce jour de les venger et de défier tous les éléments s’opposant à mes crampons. Depuis ma plus tendre enfance, je m’entraîne donc à parcourir des distances toujours plus grandes chaque jour, à survivre au sein de la forêt, de la montagne et je n’hésite pas à traverser les fleuves et torrents, car rien n’entravera plus jamais la route de Jean Marc Gyphjolik.

Si un jour vous deviez croiser mon chemin tremblez malheureux, car plus rien ne peux m’arrêter désormais.

En 1999, je suis arrivé à Venise, ville des ponts et du romantisme. C’est pratique les ponts, ça change de devoir traverser à la nage ou accroché à un tronc.

Cette ville était vraiment belle mais les habitants ne sont pas accueillants. J’ai pu visiter le palazzo Ducale, avec ses magnifiques fresques et peintures, et la course poursuite avec les gardes a rajouté un peu de piment dans la visite. Heureusement quand il s’agit de la course, Gyphjolik est imbattable. Je n’ai en revanche pas pu rentrer dans la basilique St Marc car l’entrée est très surveillé et ces foutus gardes imposent à Gyphjolik de se couvrir sous prétexte que Dieu ne sait pas à quoi ressemble Gyphjolik quand il est dévêtit. Je suis donc repartit de cette ville avec quelques regrets et poursuivit mon aventure vers le sud. La suite des aventures de Gyphjolik dans le prochain article…